Huarache asos

Au départ, ce n’est pas une immense passion que le Youtubeur porte pour la marque du numéro 23, mais difficile de trouver plus excitant que l’unboxing de… toutes les Jordan portées par Michael. Oui, ce sont bien 18 paires qui sont balancées sur la table et checkées par Brad Hall (warning : humour spé pour certains). Dix-huit, et pas la trentaine, car le focus a été mis sur les paires de Jojo qui ont été utilisées pendant sa carrière. Des Air Jordan 1 au tout début jusqu’à la Air Jordan 18 aux tentatives futuristes, on revisite en quelque sorte la carrière du GOAT mais dans le domaine de la pompe. Aucune paire n’est oubliée, il y en a un paquet, et chacun y trouve évidemment sa préférence.Lorsque Nike a misé sur Michael Jordan à son arrivée en NBA, la firme de l’Oregon s’attendait-elle à un tel succès ? Que les Air Jordan 1 ne seraient que le début d’une longue collaboration ? Car presque trente-cinq ans plus tard, les pompes de His Airness se vendent toujours comme des petits pains. À tel point que même les anciens modèles sont remis au goût du jour.

C’est le cas de la première signature shoes de Michael Jordan. Alors certes, on s’éloigne un peu des pompes de basket et on tend définitivement vers une utilisation casual. C’est clairement le positionnement de la marque pour ses anciens modèles, même si elle continue à proposer des innovations d’un autre côté. Concernant les Air Jordan 1 qui nous intéressent aujourd’hui, c’est une tige basse qui est utilisée pour des grolles historiquement hautes. Mais bon, pour porter tous les jours, pas besoin du même maintien, et sous un jean ou autre pantalon peu serré au niveau des chevilles, on ne glisse pas des chaussures montantes facilement. Avec son empeigne blanche, uniquement complétée par une touche de cuir tannée vachette au niveau du talon affichant le logo Air Jordan, cette version des JoJo 1 est donc clairement orientée lifestyle. Pour finir, la semelle en gomme est également blanche, pour un look cool, sobre et décontracté.

Disponible aux USA depuis le début du mois d’avril, vous pouvez également vous les procurer en France chez notre partenaire Basket4Ballers. Elles vous coûteront alors 139,90 euros si vous voulez mettre la main dessus.En effet, c’est avec ce modèle que The Worm sévissait au milieu des nineties, gobant rebond sur rebond au nez et à la barbe des boababs des raquettes bien plus balèzes que lui physiquement. De là à dire que ce sont ses pompes qui lui permettaient de prendre le dessus, il n’y a qu’un pas mais que nous ne franchirons pas, laissant ce genre d’interprétation à un Spike Lee cherchant à comprendre la domination de Michael Jordan. Pour ce retour donc des Nike Air Shake NDestrukt, les deux coloris Home – en blanc – et Away – en noir – sont donc disponibles, même si une version bleu pastel est également sortie pour Pâques et que du rouge est aussi dans les tuyaux. Deux premiers coloris donc assez classiques, contrairement au modèle designé par Eric Avar, l’homme qui aura par la suite souvent bossé sur les pompes de Kobe Bryant. Entre les lacets placés sur l’intérieur du pied, le Swoosh qui part de l’extérieur pour finir sur la languette ou encore la sangle au niveau de la cheville, on peut dire qu’à l’époque, les Nike Air Shake NDestrukt étaient à l’image de Dennis Rodman : bien loin de tous les codes et habitudes.