Huarache rose

Jouer au basket, travailler sur mon jeu, et apprécier chaque jour en tant que basketteur. Cela m’a permis d’apprécier ça, de revenir au principal. Parce que dès que vous vous mettez à écouter tout ce qui se dit ailleurs, c’est là que vous laisser l’extérieur prendre le contrôle de vos pensées. Je suis donc retourné au jeu avant tout.”Comme ses coéquipier l’ont partagé au fil de la saison, cette protection a mis du temps à se déployer chez Kevin Durant. En effet, en tout début de saison, l’ailier semblait porter une attention toute particulière aux critiques qui étaient envoyée vers lui, ce qui n’allait pas le mener sur la bonne voie, celle de la paix intérieure.

En apprenant petit à petit à construire une bulle personnelle, KD s’est façonné une cabane privée assez chouette, mais qui mérite encore quelques coups de scie quand même. Car autant l’homme affirmant que le basket n’est pas tout dans la vie nous intéresse, autant le basketteur proposant aux fans de ne pas regarder les matchs si ça les intéresse pas est plus inquiétant. Reste tout de même ce schéma qu’on connaît bien, et par lequel LeBron est passé précédemment. Pour que Durant retrouve une image plus appréciée dans la sphère NBA, il faudra passer par plusieurs victoires et des propos peut-être moins provocants. Mais s’il s’en foutait, finalement ?

Peut-être que, comme le souligne Amick dans son dossier, le gendre idéal des débuts a laissé place à un tout autre homme, qui se contrefout de ce que pensent les autres au quotidien. Et quelque part, tant qu’il assure sur le terrain et ne demande pas à être adoré, le reste…Kevin Durant a gros à jouer sur ces Finales NBA. Car au-delà d’une première bague, il y a aussi des paroles qui ressortiront forcément en fin de série, puis une bascule évidente dans la vision du public : un éloignement prolongé des fans ou une plus saine proximité ?